13, Oct, 2020

ARBRE EN PLEURS, Festival Landart PhoniesBergères, Accous, 2020

LE FEU ENCORE…

Pendant la résidence artistique du 8ème festival des PhoniesBergères à Accous, j’ai remarqué sur un flanc de montagne, un chêne isolé. Il trônait tel un phare au milieu d’une mer de bruyère dorée.

L’arbre m’a fascinée. Je suis montée à sa rencontre. Noirci et brûlé de l’intérieur il continuait à pousser grâce à la sève de son écorce qui remontait jusqu’au bout des jeunes branches. Elle lui donnait une incroyable force de vie.

Il avait été victime des flammes du dernier brûlage pastoral, communément appelé « écobuage ». Cette technique d’entretien et de régénération des pâturages utilise le feu durant la période de repos végétatif pour brûler la partie aérienne de la végétation. Elle participe ainsi à l’entretien et au maintien des espaces pastoraux, et permet de renouveler et diversifier les ressources de la faune et de la flore.

Avec l’aide de Jean-Baptiste, guide d’escalade, j’ai suspendu trois rangées de porcelaines dans les branches pour illustrer à la fois la vitalité de ce chêne avec son lien à la terre, et sa souffrance. De loin, les porcelaines évoquent des larmes blanches au milieu du paysage d’automne.

Ce qui m’intéresse dans cette installation, c’est de révéler grâce à l’apesanteur des porcelaines, un mouvement ascendant ou descendant, selon l’endroit où nous nous plaçons.

Dans chaque lieu où je dispose mes constellations, le spectateur est obligé de réfléchir différemment sur l’espace. C’est un processus actif mis en jeu par le matériau. L’intention est d’amener le regard dans la sculpture. Et une fois la sculpture en place, l’espace est perçu en fonction d’elle.

L’Arbre en pleurs avec ses 96 porcelaines réalisées chez les Porcelaines de la Fabrique à Saint-Brice est visible jusqu’à fin octobre 2020.

Photos Caroline Bentz

 

 

 

Accrochage

Porcelaines

Arbre en pleurs

porcelaines en montagne

Arbre en feu

Larmes blanches

Détail porcelaine

Détail porcelaine